Le Plaisir de te détester de Émilie Million

Résumé éditeur :

Odieuse vengeance ou sincère attirance ?

Pour certaines personnes, les réunions des anciens du lycée sont un bon prétexte pour étaler son bonheur et sa réussite. Pour Marie, c’est surtout l’occasion de se prendre la réalité en face : célibataire, au chômage, au bord de la ruine, on ne peut pas dire qu’elle ait de quoi se vanter auprès de ses anciens camarades. Constat qui devient d’autant plus blessant lorsqu’elle se retrouve face à David, qu’elle a humilié dix ans plus tôt. Car le geek boutonneux de ses souvenirs s’est transformé en un chef d’entreprise charismatique. Alors, quand ce dernier lui propose de devenir son assistante, Marie hésite : doit-elle céder à la tentation de revoir David ou bien faire preuve de prudence et éviter cet homme qui a toutes les raisons de lui en vouloir ?

 

Mon avis :

Le Plaisir de te détester, c’est l’histoire de Marie, une jeune femme presque trentenaire, sans boulot ni mari qui vit en colocation avec un courant d’air et qui partage ses confidences avec Mel, sa meilleure amie. A l’occasion d’une réunion d’anciens élèves, la jeune femme renoue avec David, son ex du lycée… Mais au lieu du jeune homme insignifiant de l’époque, Marie retrouve un homme sexy et sûr de lui, patron de son entreprise qui lui offre le job dont elle a besoin pour se remettre à flot. Persuadée que cette proposition cache en réalité une vengeance déguisée, Marie accepte à contre coeur… S’engage alors un duel aussi comique qu’émouvant.

A partir d’un scénario simple et banal, Émilie Million construit une histoire pleine de modernité, proche de la comédie sentimentale burlesque pour notre plus grand plaisir.
Son personnage principal, Marie, est drôle de maladresse, touchante de naïveté et surtout attachante de spontanéité. Elle nous convainc que son récit est singulier par l’intensité des émotions qu’elle y projette et c’est là toute la force de ce roman : transformer une histoire complètement ordinaire en un moment sympathique et prenant qui se lit facilement.
Le style est jeune, dynamique ; il se rapproche du langage parlé pour créer une atmosphère pétillante quelques soient les circonstances.

Mon bémol réside dans le manque d’originalité du scénario ainsi que dans la construction des personnages secondaires qui répondent un peu trop, à mon goût, aux stéréotypes que l’on rencontre habituellement dans ce genre de romances.

Le Plaisir de te détester reste quand même, pour moi, une lecture agréable, un moment de divertissement que j’ai envie de partager 😉

Petits Dérapages et autres Imprévus de Mily Black

Pour son travail, Louise parcourt le monde. Elle rédige des avis sur les complexes hôteliers qu’elle visite. Sa vie serait un rêve si elle n’était pas si timide et surtout si elle ne s’était pas entichée de son patron, le beau Francis, que toutes les femmes courtisent. Épuisée de cette existence qui ne lui apporte rien, Louise demande à être réaffectée dans un bureau. Elle veut essayer de se construire une vie bien à elle plutôt que de traverser un rêve dont elle est simplement spectatrice. Et puisque tout est sur le point de changer pour la jeune femme, lors de sa dernière mission, Louise tente de prendre de nouvelles résolutions. Elle est déterminée à combattre sa réserve pour enfin profiter de la vie.
Comme si le destin l’avait entendu, voici Louise en possession d’une valise qui n’est pas la sienne. A l’intérieur, des tas de tenues plus sexy les unes que les autres… Et devant elle, quinze jours en Floride en compagnie de Francis…

Petits Dérapages et autres Imprévus est une romance sensuelle racontée par l’héroïne, Louise, cette trentenaire coincée et bourrée de principes qui partage ses journées avec Francis, un macho sexy qui adore la mettre mal à l’aise en la taquinant. Entre eux, se joue une partie de séduction implicite dans laquelle chacun reste dans sa zone de confort. L’une parce qu’elle manque cruellement de confiance en elle, l’autre par peur de braquer sa partenaire et collègue.
A mesure que le récit avance, les protagonistes se dévoilent plus physiquement qu’affectivement et transforment les sous-entendus en non-dits. Pour Louise, cette relation est à classer dans les rencontres sans lendemain car la jeune femme n’imagine pas une seule seconde que son patron puisse en pincer pour elle. Refoulant ses sentiments au plus profond d’elle même, elle accepte de s’initier à la sensualité et découvre son corps en même temps que ses désirs. Mais en voulant se préserver, la jeune femme fait tout de travers si bien que Francis se sent rejeté. Le scénario oscille alors entre passion érotique et déprime totale, entre euphorie et dépression.

Si l’histoire est racontée par Louise, l’auteure nous offre en fin de roman deux bonus où Francis exprime sa version des faits. J’ai vraiment apprécié ces passages et aurait aimé qu’il y en ait d’autres. L’aventure telle que Louise nous la livre est sympa mais manque parfois d’énergie tandis que la voix de Francis, sans jeu de mots, est tout simplement croustillante. Le contraste qui existe entre ces deux narrations donne quelque chose d’irrésistible qui aurait pu être davantage exploité, même si je comprends pourquoi Mily Black ne l’a pas fait afin de préserver son intrigue.
Les personnages secondaires sont drôles et redirigent les actions en influençant nos deux héros.
Le décor, bien que superbe, est parfois trop présent. L’auteure y a jeté son héroïne pour nous montrer à quel point Louise a défini son univers à travers son travail faute de mieux mais les descriptions objectives noient les sentiments et les émotions ont tendance à s’affadir, coupant les envolées romantiques dans leur élan.
Au final, même si le livre manque d’un peu de subtilité et de finesse dans les émotions, il m’a fait passer un très agréable moment. Petits Dérapages et autres Imprévus est une lecture légère et sensuelle qui ravira toutes les fans de chick-lit.

Le Coma des Mortels de Maxime Chattam

Pierre a tout plaqué. Sa famille, sa femme, ses amis, son job, son appartement.
Nouveau-né dans cette nouvelle vie qu’il reconstruit peu à peu, Pierre réoriente ses choix, s’applique de nouvelles règles, au gré de ses humeurs et de ses pensées.
Très vite pourtant, son chemin croise celui de la police car Pierre est maudit. Ses nouvelles connaissances tombent comme des mouches autour de lui.
Pierre est-il coupable, victime ou simple témoin de cette étrange histoire ? Seule la lecture de Le Coma des Mortels pourra trancher !

Avec ce livre, Maxime Chattam sort des sentiers battus qu’il s’était lui même créé. Ni thriller ni roman policier, Le Coma des Mortels ressemble davantage à un témoignage, souvent drôle, toujours touchant et sacrément philosophique.
Dans ce récit, on suit Pierre, un homme immature et joueur, qui tente de repartir de zéro après avoir ébauché une première vie qui ne lui correspondait pas. Et dans cette nouvelle « partie », Pierre expérimente la vie en disséquant ses décisions et les personnes qu’il rencontre. Car Pierre est un penseur épicurien qui analyse tout et tout le monde sans pour autant tirer les leçons de son histoire. Pierre vit avec tout ce que cela comporte de quotidien et d’extraordinaire…

La narration de Pierre s’effectue à rebours, lorsque cette nouvelle vie se termine.
A chaque chapitre, l’homme apporte une nouvelle pièce du puzzle qui ne s’emboîte pas forcément avec la précédente. Le lecteur est souvent perdu, il ne sait pas ce qui a de l’importance pour la suite de l’histoire d’autant que Pierre nous prévient d’emblée de jeu avec ce premier paragraphe improbable : « Je ne veux pas vous mentir. Pourtant, il faut que je vous l’avoue pour commencer : je vais le faire. Je l’ai même déjà fait. »
Maxime Chattam brouille toutes les pistes si bien que le lecteur hésite quant à ses conclusions jusqu’au dénouement final qui révèle aux profanes que nous chsommes les tenants et les aboutissants de cette énigme.

Le style est particulièrement bien travaillé sans jamais être lourd ou pompeux (Maxime Chattam n’hésite pas même, parfois, à être carrément cru). L’humour noir est partout, la poésie aussi. Les propos sont souvent philosophiques et abordent tous les thèmes de l’existence : religion, credo, érotisme, sentiments, ambitions…

Pour ma part, j’ai adoré partager ce moment, presque intime, avec cet écrivain dont j’ai lu tous les livres. J’ai aimé la prise de risque, la structure de l’histoire un peu tordue, le verbe haut et/ou délicat, les questions existentielles…
Ce livre pose les bases d’une réelle réflexion à la fois charmante, déroutante, déstabilisante et provocatrice. Il nous fait découvrir l’auteur sous un jour différent sans pour autant le trahir. Maxime Chattam reste fidèle à lui même, un conteur d’une extraordinaire virtuosité qui se joue de nous à chaque page.

Sortie !!! Une Semaine, 7 Lundis …

Le nouveau livre jeunesse de Jessica Brody, sorti hier aux éditions Gallimard Jeunesse, vous promet une romance pleine d’humour :

Moi, Ellie Spark, j’ai survécu au pire lundi de tous les temps. Une journée HO-RRI-BLE, qui n’a été qu’une succession d’événements catastrophiques, du type :
1) recevoir au réveil un texto de son petit copain qui dit « Il faut qu’on parle » (formule qui est, soyons honnête, le signal universel d’un désastre imminent)
2) oublier son parapluie et se retrouver avec une tête de rat mouillé sur la photo de classe
3) avoir les lèvres qui gonflent en plein discours à cause d’une stupide allergie aux amandes
Alors, quand j’ai découvert, le lendemain, que j’avais une chance de tout recommencer, j’ai béni les dieux, sauté dans mes vêtements et je me suis précipitée au lycée, avec un seul but en tête : rattraper mes erreurs et reconquérir le coeur du garçon de mes rêves. Parce qu’on a parfois besoin d’une semaine entière de lundis pour comprendre ce que l’on veut vraiment !

Je l’inscris de toute urgence dans ma PAL alors à bientôt pour une nouvelle chronique 😉

Ça déménage de Philippe Barbeau

Coup dur pour Adrien, tous ses copains ont déménagé. Seul, il s’ennuie et se met en tête de convaincre ses parents de faire comme tout le monde : déménager ! Enchaînant les bêtises, le petit garçon ne ménage pas sa peine jusqu’à ce que le miracle se produise ; ses parents sont convaincus, la famille va bel et bien déménager …

Petit roman pour jeunes lecteurs, Ça déménage est un livre humoristique qui reprend un grand classique : l’histoire de l’arroseur arrosé … tout en développant un sujet contemporain, celui de la solitude dans sa version enfantine.