Reboot, Tome 2 : Reset de Amy Tintera

Wren, Callum, Addie et les Reboots libérés de la ville d’Austin arrivent au camp des réfugiés pour découvrir que les rebelles en qui ils avaient fondé tant d’espoir, vivent en réalité sous la coupe de Micah, un vieux reboot très expérimenté au rang presque aussi élevé que celui de Wren et qui déborde d’hostilité envers les humains au point d’en faire sa principale ressource de viande. Choqués, Wren et les siens s’expriment plus ou moins discrètement sans savoir que, dans ce camp, rien n’est soumis à discussion. Micah règne en maître et dès que la mutinerie pointe le bout de son nez, le vieux reboot a ses méthodes pour régler les problèmes. Wren et Addie seront les premières à en payer les frais…
Entre romance et guerre, Reset nous conte l’histoire d’une espèce qui se cherche tant dans son positionnement au sein de la société que dans les valeurs qu’elle doit défendre. Et c’est avec Wren et Callum, ces deux reboots amoureux, que le débat va naître. Chacun s’exprimant avec sa voix.
Si Wren ne sait pas trop où elle en est, Callum, lui, n’a que des certitudes. Les Reboots doivent aider les humains à se libérer de la SHER, l’organisme gouvernemental qui dicte ses lois partout dans le pays, tout en défendant les leurs restés prisonniers. Alors lorsque Micah entre dans l’équation, imposant son point de vue violent et hégémonique, les deux jeunes gens se trouvent partager. Même si Wren ne cautionne pas les idées du vieux reboot, elle n’en reste pas moins convaincue que les humains ne sont pas son problème. Pourtant, dès lors que Micah lui révèle ses plans d’anéantir l’humanité pour régner seul, la jeune fille comprend qu’elle doit choisir son clan. Choisir entre l’amour et la vengeance.
Dans ce contexte, le scénario de Reset évolue de façon assez classique, exploitant le volet politique et philosophique pour asseoir ses actions. En ce sens, le roman est solide, mêlant judicieusement les phases d’actions et celles de réflexion.
Les personnages sont convaincants, dans les deux camps, voire les trois puis quatre lorsque les agents de la SHER ainsi que les humains entrent en scène.
Personnellement, j’ai été prise d’affection pour Callum, ce reboot presque humain longtemps considéré comme faible dans le premier volume mais qui, ici, se révèle être un fin stratège, un « sage » que l’on écoute. C’est lui qui tient les clés du récit entre ses mains et c’est grâce à lui que l’histoire évolue dans la direction prise. Wren, quant à elle, s’affranchit de son passé, de son conditionnement et des sentiments qu’elle croyait nourrir vis à vis des humains, de sa vie de captive et d’elle-même. Elle devient enfin une jeune fille qui pense et réagit par elle-même, sans autre référence ni schéma préalablement établi. J’ai beaucoup aimé également le personnage de Riley, le formateur de Wren qui dans cet épisode joue un peu le rôle du grand frère bienveillant sur qui on peut compter.
Enfin et surtout, j’ai aimé suivre la construction de cette société toute neuve et fraîche, bâtie sur des préceptes de liberté et d’égalité.
Alors, même si j’avais trouvé Reboot un peu fade, Reset m’a convaincue que cette saga dystopique avait un message à livrer. Un de ceux qui valent la peine d’être lu et partagé.

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *