Young Elites, Tome 1 : Young Elites de Marie Lu

1361. Dans le royaume de Kenettra, Adelina est devenue une malfetto depuis qu’elle a contracté un virus qui lui a laissé pour souvenir une chevelure grise et une balafre à la place de l’œil gauche. Maltraitée par son père qui veut s’en débarrasser en la vendant à un inconnu dont elle deviendra la maîtresse, la jeune fille ne voit plus qu’une seule option pour échapper à sa vie : fuir, loin et vite… Armée de son seul courage, Adelina s’exécute mais son père la rattrape en plein coeur de la nuit. Il veut la ramener dans leur demeure quelle qu’en soit la manière. Acculée, l’adolescente tente de se défendre quand une force inexplicable lui vient en aide, terrassant son père. Arrêtée par les soldats de l’Inquisition, Adelina n’a plus aucune illusion quant à son avenir. Elle va mourir sur le bûcher… Ce qu’elle ignore, cependant, c’est qu’elle vient d’être repérée par une organisation secrète et rebelle : Les Dagues et qu’ils sont venus pour la sauver. En retour, ils veulent qu’Adelina use de son pouvoir pour leur cause, renverser le régime monarchique qui réprime les malfetto et en particulier les Elites, ces êtres aux étranges pouvoirs…

Avec ce premier tome de cette dystopie young adult fantastique, Marie Lu pose les bases de son décor et de son histoire avec force et caractère. Le lecteur y découvre une héroïne, Adelina, habituée à être exclue, prisonnière, rejetée pour sa différence et qui, du jour au lendemain, va être propulsée dans une sorte de confrérie rebelle dont les membres sont tous dotés de pouvoirs extraordinaires. Ensemble, ils luttent contre la monarchie afin de rétablir l’égalité entre tous les hommes. Perdue, déboussolée et en colère, Adelina perçoit d’abord cette organisation comme un cadeau tombé du ciel, le moyen d’avoir une famille, des amis qui la comprennent et l’apprécient pour ce qu’elle est. Alors elle fait des efforts pour s’adapter et être acceptée, aimée, protégée. Elle développe grâce à leur entraînement son don d’illusionniste avant de se rendre compte que son passé la poursuit… Repérée par l’Inquisiteur en chef, la jeune fille n’a d’autre choix que de devenir agent double afin de sauver sa petite sœur des griffes de la monarchie qui la retient prisonnière. Ballottée entre les deux camps, l’héroïne finira par y perdre son âme ainsi que ses illusions…

Personnellement, j’ai beaucoup apprécié cette lecture à la fois fantastique et rythmée. Bien que le récit suive les codes attendus de la dystopie, ceux d’une faction qui s’insurge contre le pouvoir établi, il bouscule un peu les convenances en s’appuyant sur une héroïne sombre, qui n’a aucune conviction politique et dont les pas sont simplement mus par ses besoins ou ses émotions. N’ayant ni conscience du bien ou du mal, Adelina utilise essentiellement son don pour se protéger sans prendre le temps de réfléchir au bien fondé de ses actes, s’attirant du même coup les foudres de ses ennemis comme de ses amis. Ces derniers sont d’ailleurs assez bien choisis pour le déroulé de l’intrigue puisqu’ils campent des alliés dont elle devrait se méfier : un amoureux en perpétuel doute et un ennemi qui lui ressemble tellement…

Question décor, là encore, pas de réelle surprise. L’histoire évolue dans une atmosphère moyenâgeuse et merveilleuse tantôt romantique et tantôt guerrière.

Le style de l’auteure est agréable. Il se décline en phrases courtes et simples qui font la force des récits jeunesses.

Young Elites est donc un roman plaisant qui cache une conclusion originale et surprenante invitant le lecteur à poursuivre cette aventure au plus vite…

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *