« Waylander » tome 2 de David Gemmell

« Il venait d’un enfer de souffrance et entra dans un monde de mort.
Dans les monts Sklen, Dakeyras l’homme des bois et sa ravissante fille Miriel vivent dans la solitude et l’harmonie. Ils ne savent pas qu’un groupe de guerriers sanguinaires rôde dans les montagnes. Des hommes qui n’ont jamais connu la défaite, pour qui la vengeance et la torture sont comme la viande et la boisson. Pour dix milles pièces d’or, ils sont prêts à tuer l’homme des bois. Ces combattants endurcis n’ont pas peur de cette mission…
Ils devraient.
Car Miriel est une fille de feu et d’acier, maitrisant l’arc et l’épée grâce à l’enseignement du plus mortel assassin qui ait jamais vécu : son père, mieux connu sous le nom de … Waylander ! »

Salut les gens ! Je suis de retour ! Ouais je sais, vu le temps que je mets à publier, vous avez le temps de m’oublier entre deux articles, mais je ne peux pas aller plus vite, vraiment. Je suis trop occupée à me gratter le nez.

Z’avez vu ? Je reviens avec du Gemmell cette fois, comme je vous l’avais promis ! (j’ai le droit à une image ?)

C’est parti :

La fin du tome précédent était plutôt optimiste pour ce cher assassin, mais en commençant celui-ci, je me suis purement et simplement dit : bhé ?! Un peu comment un bêlement de mouton, voyez ? Des années ont passé et notre héros-qui-n’en-a-pas-la-tronche a vécu une nouvelle tragédie. Décidément, il n’a pas de chance. Ou alors il le fait exprès. Je ne vais pas entrer dans les détails évidemment, mais je dois avoué que, moi qui aime pourtant quand c’est bien sanglant et meurtrier, là j’en ai un peu voulu à Gemmell. Je me suis dit que c’était peut-être trop pour un seul homme. Mais ça m’est vite passé, généralement mes élans de compassion ne durent pas longtemps.

Ca commence très fort avec des tentatives d’assassinats (on s’éloigne pas du thème au moins, c’est bien !) sauf que cette fois, elles visent Waylander. Lorsque ce dernier apprend pourquoi sa tête a été mise à prix après tant d’années, il va se lancer, encore, dans une quête vengeresse pour protéger sa fille.

Tout ça pourrait paraître redondant, étant donné que la trame de l’histoire du protagoniste était sensiblement la même dans le tome 1. Cependant, croyez-le ou non mais j’ai préféré le 2 ! Parce que les personnages, alors que ça avait pêché avec eux, m’ont énormément plu ! Miriel, en particulier, m’a beaucoup intrigué, elle m’a d’ailleurs rappelé un autre personnage féminin au caractère très fort apparaissant dans « Légende » que j’avais adoré. Mais il n’y a pas qu’elle ! Pour se protéger lui et sa fille, Waylander va accepter l’aide de vieux « amis » (oui, entre guillemets, sentez l’ironie) et ces hommes ont fait tout le sel des relations et des échanges dans ce tome. Leurs chamailleries et leurs caractères totalement opposés donnent des scènes drôles et fortes à la fois. J’ai l’impression que l’auteur a voulu mettre en lumière deux figures classiques du personnage masculin héroïque dans la fantasy pour, à travers leur confrontation, les déposséder de leur charme. Boui. Parce que ces deux gars passent leur temps à se renvoyer leurs défauts à la figure. J’ai apprécié.

Concernant l’histoire, elle m’a davantage embarqué là aussi. J’ai trouvé ça moins brouillon, plus posé. Il n’y a pas 5 ou 6 intrigues qui s’enchainent trop vite, comme dans le 1, et pas non plus des tonnes d’action qui se déroulent en même temps. J’ai eu le temps de sentir monter la pression, même si certaines choses ont été un peu trop vite à mon goût concernant des personnages secondaires et quelques ennemis (j’ai eu l’impression que l’auteur choisissait la solution de facilité pour certains) mais ça c’est mon côté enquiquineuse.

Les 3 ou 4 derniers chapitres m’ont particulièrement plu car ils dévoilent quelque chose de très important pour Drenaï, et comme je vous le disais dans ma précédente chronique, le sort de ce pays m’intéresse beaucoup. Cette vérité révélée était vraiment une conclusion aux petits oignons pour moi !

Là où ça a coincé un peu (ouais, faut bien que ça coince quelque part, tout ne peut pas être parfaitement huilé) c’est avec l’épilogue. Je ne l’ai tout simplement pas compris. Mais alors pas du tout ! Du coup, je suis encore plus curieuse de lire le tome 3 pour voir ce qui m’a échappé.

Voilà. J’ai fini. C’était bien ?

A bon entendeur : salut !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.