L’Oiseau des Neiges de Tracy Rees

Retrouvée nue, dans la neige, par Aurélia, la fille de grands propriétaires bourgeois de l’Angleterre victorienne alors qu’elle n’était qu’un tout petit bébé, Amy Snow a grandi dans l’ombre d’une cuisine sans savoir quoi faire de sa vie. Son amitié avec Aurélia l’a protégée un temps de la méchanceté du maître et de la maîtresse de maison, mais maintenant que son amie est décédée suite à une insuffisance cardiaque, Amy doit désormais quitter le manoir pour suivre son propre chemin… Ou plutôt celui qu’Aurélia lui a réservé en organisant une chasse au trésor qui, de lettres en lettres, va conduire la jeune fille sur les traces d’un terrible secret…

L’Oiseau des Neiges ne correspond en rien aux lectures que j’ai l’habitude de dévorer. Ici pas de meurtre ni de régime politique à combattre, juste un parcours initiatique qui entraîne le lecteur dans l’univers mondain de l’époque victorienne anglaise.
A travers ce roman, nous suivons donc Amy, jeune fille de dix-sept ans, orpheline, obligée de quitter sa vie ainsi que « sa demeure » au moment où elle est le plus fragile, au décès de son amie et confidente, Aurélia. Ce début est marqué par le chagrin mais également par la découverte de la chasse au trésor organisée par la défunte qui permet à Amy de surmonter son deuil pour aller de l’avant. A mesure que les étapes se succèdent, Amy évolue. Elle se rend compte que les rêves qu’elle avait jusqu’alors poursuivis n’étaient pas les siens. D’abord confrontée à une famille aimante, Amy apprend à s’estimer pour ce qu’elle est, à mieux se connaître en même temps qu’elle découvre des pans de la vie d’Aurélia qu’elle ne soupçonnait pas. Introduite dans le cercle de la très grande bourgeoisie, Amy apprend ensuite l’indépendance et le discernement tandis que les événements mondains la transforment en femme forte et affirmée. Enfin, Amy rencontre l’amour et son désir de terminer sa quête sur les traces d’Aurélia devient irrépressible… Mais peut-elle seulement abandonner la partie sans connaître le tout dernier secret de son amie ?

Écrit à la première personne du singulier, le roman nous bouleverse par la force des émotions qu’Amy partage avec nous.
Le style claire, travaillé sans pour autant être lourd, est séduisant et contribue à nous plonger dans l’ambiance victorienne.
Les personnages qu’ils soient masculins ou féminins sont tous parfaits dans leur rôle. Personnellement, j’ai beaucoup apprécié la vieille Mrs Riverthorpe et ses sarcasmes plein de sens ainsi que le mystère qui entoure Mr Garland.
D’un point de vue structurel, j’aurais préféré que le livre soit davantage rythmée par les énigmes. Que le challenge annoncé au départ entraîne l’héroïne vers un suspense plus intense. L’auteure a choisi, elle, de dépeindre l’évolution psychologique de son personnage au détriment de la tension et c’est un choix que je respecte même si, par moment, j’ai trouvé que l’histoire manquait de rebondissements et de surprises.

Au final, L’Oiseau des Neiges tient plus, pour l’héroïne, du chemin de croix que de l’aventure mais c’est un chemin qu’il est plaisant de suivre aux côtés de cette jeune fille fragile, timide et respectueuse qui devient sous nos yeux la femme presque moderne et déterminée à réussir sa vie malgré son handicap de départ.
Un livre un peu classique à mon goût mais qui regorge de sentiments et de romantisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.