« Les cathédrales du vide » – Ari Mackenzie tome 2 de Henri Loevenbruck

« Sous couvert de protection de l’environnement, une organisation internationale met la main sur plusieurs régions du globe. Leur motif réel ? Un secret enfoui dans le cœur de la Terre depuis la nuit des temps. Alerté par une série de disparitions étranges, Ari Mackenzie, pourtant retiré des Renseignements généraux, décide de mener l’enquête. Se pourrait-il qu’il y ait un lien entre les recherches clandestines de cette multinationale et les découvertes de l’alchimiste Nicolas Flamel ? Malgré lui, le commandant Mackenzie est à nouveau confronté à une affaire singulière. La plus dangereuse de sa carrière, sans doute. La dernière, peut-être. »

Ouais, j’sais, je crois que ça fait deux mois que je ne me suis pas radinée ici… Désolée, j’ai galéré à retrouver mon gros orteil du pied droit, parti se planquer.

Bref !

Je n’ai toujours pas commencé la suite de la série Drenaï qui vient après la trilogie Waylander mais c’est prévu pour le mois prochain. Là, je reviens avec Ari. Mais si, vous vous en souvenez : ce flic qui tire un peu la tronche et qui se lance sur les traces d’un mystère historique vachement prenant. Bon, si vous vous rappelez pas c’est pas grave. Comme je suis de bonne humeur aujourd’hui, je vous mets le lien vers le tome 1 : .

On peut y aller maintenant ?

Quelle ne fut pas ma surprise lorsque j’ai compris, dès le début, qu’il s’agissait ni plus ni moins de la suite directe du tome précédent. Nan, j’suis pas idiote ! Faut dire que le premier terminait sur la fin de l’enquête (bah oui, normal !) alors je pensais qu’une autre allait commencer dans celui-ci mais pas du tout. Ari continue de courir après les mêmes méchants, en utilisant toutefois d’autres indices et de nouvelles découvertes. Comme le précise le synopsis, cela a plus ou moins un rapport avec Nicolas Flamel.

C’est un personnage historique que j’adore, j’étais donc très contente et curieuse de voir comment Loevenbruck traitait de ce sujet.

Je vais finir par vous le dire, parce qu’il le faut bien : je suis assez déçue de ce tome.

Si, dans « Le rasoir d’Ockham », j’en ai appris avec plaisir sur l’ésotérisme et beaucoup d’autres choses, là c’est très survolé. Flamel ne semble être qu’un prétexte choisi par l’auteur pour garder un pied dans l’Histoire et la construction est quasiment identique au premier tome, il n’y a donc eu aucune surprise pour moi. Je savais d’avance comment Ari allait agir, vers qui il allait se tourner, quelles personnes il allait interroger et qui allait mourir. Pas de rebondissements donc, et au bout d’un moment ça m’a gavé. Mais je n’ai ressenti ça que pour le milieu du bouquin. Au début, j’étais tellement contente de retrouver Ari que je n’y ai pas fait attention et, heureusement !, l’action revient à fond de train à la fin, ce qui fait que j’ai dévoré les pages. L’ennui c’est cette grosse partie entre les deux qui m’a bien ennuyée.

Et que dire de Ari, justement ?

Ari, il est complètement dépressif, là ! On commence l’histoire avec un personnage qui a tout laissé tomber, qui broie du noir en buvant dans son coin… Ouais, dans le 1 cette proportion qu’il avait à se remettre en question presque sans arrêt me plaisait bien, mais là c’était vraiment trop. Heureusement que les protagonistes qui l’entourent sont là pour lui foutre des coups de pied au cul (je me suis beaucoup plus attachée à eux qu’à lui pour le coup) parce que sinon, je ne sais pas si j’aurais été au bout de cette histoire. Sincèrement.

Tel que c’est parti je pense que la trame principale va continuer dans le tome 3. J’espère sincèrement que ce sera plus efficace !

Désolée pour cet avis en demi-teinte un peu négatif, fallait bien que ça arrive un jour ! Je reviens le mois prochain avec du Gemmell.

Banannée et Pommes Sautées à vous les gens !

 

One Comment on “« Les cathédrales du vide » – Ari Mackenzie tome 2 de Henri Loevenbruck”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.