Le royaume du crépuscule de Steven Uhly

Synopsis :

« De l’hiver 1944 au printemps 1987, entre l’Allemagne déchirée et Israël naissante, la saga des victimes, des bourreaux, et de leurs héritages.

Il y a Margarita, une Juive polonaise enceinte qui tue un lieutenant nazi, les époux Kramer, le couple qui la cache. Il y a Anna, une Allemande sauvée d’Auschwitz par sa beauté, Shimon, son fils, Sarah, Ruth et tous ceux qui tentent de reprendre pied après les camps, et Peretz Sarfati, ce sioniste de la première heure, décidé à ramener en Terre promise ses coreligionnaires. Enfin, il y a le temps. Et des enfants de la guerre devenus grands qui tentent de recomposer le puzzle.

Des secrets, des sentiments inavouables, des merveilles du hasard et des atrocités de l’Histoire : ainsi se compose cette oeuvre polyphonique qui éclaire la fresque du XXe siècle d’une lumière inédite. Car ce sont les zones d’ombre, les terres en mutation et les êtres en exil qui intéressent Steven Uhly dans ce roman acclamé en Allemagne. Cet auteur aux cultures multiples sait bien que l’identité n’est qu’affaire de mélange, et que c’est a posteriori que l’Histoire s’écrit. Avant vivent les hommes, héroïques et faillibles. Le Royaume du crépuscule retrace leur odyssée ».

 

Quelques mots sur l’auteur :

« Né en 1964 à Cologne, d’une mère allemande et d’un père indien, Steven Uhly est traducteur. Le Goût de vivre, son troisième roman, a fait l’objet d’une adaptation de Michael Verhoeven, Le Bébé et le Clochard ».

 

Mon avis :

J’ai voulu lire Le royaume du crépuscule pour compléter mes connaissances sur les années qui ont suivi la Seconde Guerre Mondiale. Malgré tous mes efforts, je manque encore d’informations sur cette période de l’Histoire. Sachez le, ce récit va beaucoup plus loin dans le temps puisqu’il commence en 1944 et trouve sa conclusion en 1987.

J’ai constaté que les personnages principaux et les protagonistes secondaires étaient placés au même niveau dans l’intrigue. Je trouve que c’est une très bonne initiative parce qu’elle stimule l’intérêt du lecteur. Heureusement que mon carnet de notes n’est jamais loin de moi car le style d’écriture est dense, voir même exigeant. J’ai eu besoin de faire une sorte de schéma simplifié pour m’aider à mémoriser les changements d’identités des personnes juifs et allemandes.

Sous les traits de la bienveillante madame KRAMER qui cache chez elle, une jeune femme de confession juive et d’ANNA qui sert d’esclave à un soldat SS et d’autres individus, le lectorat intègre simultanément les deux « clans ». On peut ne pas être d’accord avec cette affirmation mais je pense que Steven UHLY, souhaite avant tout nous faire comprendre que ces gens ont tous en commun, l’envie féroce de prendre un nouveau départ. Pour le peuple juif, l’état d’Israël incarne cet espoir depuis le 14 mai 1948.

Au final, je pense qu’en mêlant fiction et faits réels, cette fresque détaillée s’approche au plus prés de la réalité historique. Elle nous fait aussi prendre conscience du poids de cet héritage culturel sur les générations suivantes. Je vous recommande sérieusement cet ouvrage.

 

Date de sortie : 14 septembre 2017
Editeur : Presses de la Cité
624 pages
23,50€ / 15,99€
Sites internet : http://www.pressesdelacite.com / https://www.netgalley.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.