« Le Rasoir d’Ockham » de Henri Loevenbruck

« Ari Mackenzie, analyste atypique et controversé des Renseignements généraux, est confronté à la plus extraordinaire et la plus violente affaire de sa carrière. Dans l’ombre, un groupe occulte est prêt à tout pour découvrir le secret des pages manquantes du célèbre carnet de Villard de Honnecourt, un manuscrit du XIIIe siècle. Ari saura-t-il arrêter ces fanatiques sans scrupule avant qu’ils ne mettent en place leur sinistre dessein ? »

 

Bang bang bang !!!

Salut, c’est Sylphi au clavier pour vous servir ! Oui, je sais, je vous avais dit que je reviendrai pour vous embêter un moment avec Gemmell et Drenaï, mais bon vous savez ce que c’est, on tombe sur un autre bouquin et BOUM ! c’est brusquement lui qu’on a envie de chroniquer.

Il se trouve que ce n’était pas non plus ma première expérience avec cet auteur puisque « La Moïra » et « Gallica » font partie des livres qui m’ont littéralement fasciné quand j’étais ado. Je me lançais donc dans cette lecture avec un tantinet d’appréhension puisqu’il ne s’agit pas là de fantasy comparé à sa première série, mais de polar. Et quel polar ! En gros, l’auteur m’a chopé par le cou et m’a balancé là-dedans avec un gros coup de pied dans le derrière !

Ari est un personnage que j’ai aimé tout de suite ! Avec son caractère un peu mélancolique et sa façon de ruminer dans son coin il m’a pas mal fait penser à l’inspecteur Wallander, de Mankell (et non, il ne s’agit pas du même Waylander, héhéhéhé ! J’aime bien vous faire ce genre de piège, c’est pour voir si vous suivez) mais bon, rassurez-vous à un moment donné il se retire quand même les doigts du … euh, du nez, pour agir. Ce que j’ai aimé aussi c’est que c’est un homme qui accorde beaucoup d’importance à l’Histoire et à la littérature, il est cultivé. C’est terrible à dire, mais j’en ai pas rencontré beaucoup des flics avec une aussi grande curiosité intellectuelle dans les polars que j’ai lu.

L’intrigue commence à la mort de l’un des plus vieux amis de son père, et lorsqu’il se rend sur place, Ari, qui semble posséder une connaissance illimitée des sectes ésotériques, que ce soit celles qui ont disparu comme celles qui existent toujours, comprend rapidement que ce meurtre a un lien avec quelque chose ressemblant fortement à l’ordre des Templiers, ce qui semble le laisser perplexe. Mais évidemment, c’est bien plus complexe qu’il n’y parait !

Historiquement, j’ai appris beaucoup de chose, et ça m’a énormément plu ! Ca parle surtout du XIIIème siècle, et c’est une période de l’Histoire de France qui m’a toujours fascinée alors j’étais vraiment à fond. L’ennui c’est que l’auteur se perd parfois dans des explications à rallonge et des redites qui alourdissent le texte avec des longueurs un peu chiantes … du coup, pas de coup de cœur. Dommage. Si ça avait été mieux dosé entre les scènes d’action et les scènes d’explication, j’aurais davantage apprécié.

Les autres personnages sont un peu plus effacés, et sans doute trop d’ailleurs. Certes, Ari est le protagoniste principal, mais j’aurais aimé avoir un peu plus la possibilité de m’attacher aux autres. Certains me paraissaient intéressants, mais par manque d’information sur eux, je ne peux pas en dire grand-chose malheureusement !

Bon, c’est un polar, alors il ne faut pas vous attendre à La Petite Maison dans la Prairie hein, avec le générique qui va bien et la gamine qui se ramasse dans le champ de fleurs (voilà, la moitié d’entre vous ont certainement la musique dans la tête pour la journée maintenant. De rien.) De la violence et des morts, il va y en avoir ! J’ai particulièrement aimé les courses-poursuites dans les rues de Paris, j’y ai habité quelques années alors j’étais contente d’y retourner. Mais là où je vais mettre une mention toute spéciale, c’est à la façon dont l’auteur nous piège ! Il m’a entrainé vers des fausses pistes avec beaucoup de simplicité avant de finalement me balancer à la tronche : ben non, nigaude, c’est pas ça ! Et toujours avec une facilité étonnante ! Pourtant, je ne suis pas particulièrement naïve hein (le prochain qui rigole, je lui balance un autre générique bien chiant)

Et la conclusion de l’intrigue alors ? La fin, dans un roman, c’est très important, mais je pense que ça l’est doublement avec un polar. Là, en toute honnêteté, j’ai beaucoup aimé. Il n’y a rien de vraiment alambiqué et l’auteur nous laisse penser que les aventures de Ari ne sont pas terminées (de fait, elles ne le sont effectivement pas, puisque j’ai appris qu’il s’y en avait deux autres, que je lirai très certainement !) J’étais contente de cette fin qui installe plusieurs doutes et un autre rebondissement qui m’a agréablement fait sourire.

Pour dire les choses plus simplement : c’était une lecture géniale, avec ses qualités et ses faiblesses, et je n’hésite pas à dire à présent que cet auteur fait partie de mes auteurs français préférés. Si vous aimez les polars avec de l’action qui ne manquent pas de vous faire découvrir des choses originales, allez-y, lancez vous ! Pas trop fort quand même, ce serait con de finir dans un mur non ?

C’est tout pour aujourd’hui ! Je rends l’antenne à mes collègues, et je vous dis à la prochaine (je serai certainement de retour avec du Gemmell cette fois)

A que salut !

6 Comments on “« Le Rasoir d’Ockham » de Henri Loevenbruck”

  1. Tu ne chroniques que des livres qui m’intéressent, ça embête ma wish-list xD
    Je n’ai jamais lu Henri Loevenbruck, mais tu me donnes bien envie, surtout avec les mots « ésotériques », « apprendre » et « Histoire » !!
    Merci pour la découverte !! Bonnes lectures, à bientôt, et plein de bisous !! :*

    1. XD Ma pauvre BlueBlue, comme je te comprends ! C’est ma vengeance, parce qu’à cause de toi ma wish s’étoffe souvent également 😛 Bonnes lectures à toi aussi :3 (ça me fait penser que j’ai quelques vidéos en retard sur ta chaîne O.O) Et ne fais pas attention à Yannick, il aime bien se moquer xD Bisous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.