L’atelier des Sorciers, tomes 1 et 2 – Kamome Shirahama

L’atelier des sorciers, tomes 1 et 2

Kamome Shirahama

Mon avis : coup de 💕
 
Genre : fantasy, magie
Public : tout public
Statut de la série : en cours
Tomes parus en VF : 2
Tomes parus en VO : 3
Résumé éditeur
 
Coco a toujours été fascinée par la magie. Hélas, seuls les sorciers peuvent pratiquer cet art et les élus sont choisis dès la naissance. Un jour, Kieffrey, un sorcier, arrive dans le village de la jeune fille. En l’espionnant, Coco comprend alors la véritable nature de la magie et se rappelle d’un livre de magie et d’un encrier qu’elle a achetés à un mystérieux inconnu quand elle était enfant. Elle s’exerce alors en cachette. Mais, dans son ignorance, Coco commet un acte tragique !
Dès lors, elle devient la disciple de Kieffrey et va découvrir un monde dont elle ne soupçonnait pas l’existence !
Plusieurs mois avant l’annonce de sa licence chez Pika, j’avais repéré L’atelier des sorciers pour ses graphismes incroyablement beaux. Autant dire que j’attendais la sortie de ce premier tome avec impatience et que j’ai opté sans hésiter pour l’édition collector avec artbook ! Cependant de beaux dessins ne suffisent pas à faire un bon titre et je craignais une déception avec l’histoire (ça ne serait pas la première fois), mais au contraire j’ai beaucoup aimé cette dernière aussi.
Si certains lui reprochent son manque d’originalité – notamment en la comparant à Harry Potter -, je préfère le classique bien ficelé à l’original mal mené. Et ici tout fonctionne parfaitement : que ce soit l’univers créé par l’autrice – avec un système de magie bien pensé -, l’intrigue, les personnages ou la thèse soutenue à travers le parcours de Coco.
En effet, L’atelier des sorciers reprend de nombreux codes classiques de la fantasy et du récit initiatique. Ceux-ci sont teintés d’influences occidentales – sans doute le résultat du travail sur les comics de la mangaka – et l’on est à la fois en terrain connu et plongé dans un autre univers.
La jeune Coco, adorable fillette enthousiaste et curieuse, est fascinée par la magie qui est censée lui être inaccessible. Sa rencontre avec le beau et mystérieux Kieffrey (oui, mode fangirl on, j’ai eu un vrai coup de foudre pour lui, je dois avoir un truc pour les hommes aux cheveux blancs et yeux bleus) change la donne et lui permet de devenir apprentie sorcière. À partir de ce pitch, Coco doit évidemment affronter diverses épreuves pour parfaire son apprentissage, que ce soit apprendre les bases de la magie qui lui font défaut, faire face à l’hostilité de ses pairs ou affronter les éléments.
J’ai particulièrement apprécié la thèse défendue par Kamome Shirahama avec ce titre : ne laissez pas votre naissance déterminer ce que vous pouvez faire. À travers le parcours de Coco, nous découvrons un art qui n’est pas inné mais le résultat d’un travail acharné et obstiné, exactement comme pour le dessin – une idée qui me parle donc énormément.
L’atelier des sorciers est un titre enchanteur, magnifique – j’ai déjà dit à quel point c’est beau ? parce que c’est VRAIMENT beau -, aux personnages attachants. Une aventure pour le tome 1 plutôt légère mais l’on sent déjà quelque chose de sombre qui pointe à l’horizon et beaucoup de mystères, notamment du côté de Kieffrey, dont les motivations ne sont pas très claires. Le tome 2 nous plonge en effet dans une intrigue plus sérieuse et introduit de nouveaux personnages. Le monde de Coco s’étend et elle va devoir faire face à de nouveaux défis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.