La Forme de l’eau de Guillermo del Toro et Daniel Kraus

Synopsis :

« Nous sommes en 1963, et Elisa Esposito survit tant bien que mal. Née muette, abandonnée par sa famille, elle travaille de nuit comme femme de ménage au Centre Occam de recherche aérospatiale.

Un soir, elle surprend quelque chose qu’elle n’était pas censée voir : un homme amphibie prisonnier d’une cuve, qui doit être étudié par les scientifiques pour faire avancer la course à l’espace de la Guerre Froide. La créature est terrifiante, mais aussi magnifique – elle fascine Elisa. Utilisant la langue des signes, celle-ci établit une communication. Bientôt, la créature devient sa seule raison de vivre.

Pendant ce temps, Richard Strickland, le militaire brutal qui a capturé la créature en Amazonie, envisage de la disséquer avant que les Russes ne tentent de s’en emparer.

Elisa doit tout risquer pour sauver la créature. Avec l’aide d’une collègue qui souffre du racisme ambiant et d’un voisin malchanceux qui n’a plus rien à perdre, elle met au point un plan d’évasion. Mais Strickland ne l’entend pas de cette oreille. Et les Russes sont bel et bien sur l’affaire… »

Mon avis :

Dans la version audio de La forme de l’eau que j’ai écouté avec attention, le style d’écriture est très visuel. Cela n’a rien d’étonnant puisque Guillermo Del Toro est à la fois un réalisateur, un scénariste, un producteur ET un romancier. Cette oeuvre onirique qui n’est pas sans rappeler La Belle et La Bête, compte des personnages ordinaires qui n’hésitent pas à bousculer leurs certitudes pour communiquer autrement ou pour changer de vie. Tout ceci est appréciable.

L’intrigue est longue à se mettre en place mais le rapprochement entre les deux protagonistes semble naturel alors ça valait le coup d’attendre ;). Il se dégage de cette romance entre une jeune femme souffrant de surdité et une homme-poisson, une grande pureté. Autre précision importante : La créature aquatique en elle-même est un élément de science-fiction pourtant les actions des protagonistes s’inscrivent parfaitement dans le réel. J’ai aimé détesté Richard Strickland, le méchant de l’histoire !

Je regrette les cafouillages de cet audio-book au moment des changements de chapitres car c’est ce qui m’a empêché de terminer cette lecture dans les délais. En effet, le découpage du texte était différent sur mon MacBook Pro et sur mon téléphone Samsung S9. Sinon, je souhaite de beaux moments d’évasion aux lecteurs qui ont leur casque greffé sur la tête en quasi permanence ( comme moi ) ^^.

De : Guillermo del Toro, Daniel Kraus
Lu par : Manon Jomain
Durée : 11 h et 58 min
Version intégrale Livre audio
Date de publication : 27/04/2018
Langue : Français
Éditeur : Hardigan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.